CitroënTraction 11 BL
 Berline légère de 1955 

Citroën Traction 11 BL de face sepia bords de Loire

Le modèle qui vous est proposé

La Traction qui vous est proposée est une BL (Berline Légère) de 1955 entièrement rénovée. Elle a été achetée par le précédent propriétaire, en pièces détachées, à un mécanicien qui avait refait le moteur en 2002. Elle a été remontée et rénovée patiemment, totalement, intérieur et extérieur en 2003.

Elle est dans sa livrée d'origine, bleu nuit (code AC 601), plus profond et moins strict que le noir classique de la Traction. Elle lui va comme un gand!

Point de vue technique, ce modèle est un des premiers à être équipé d'origine de la dernière évolution du moteur 11, le 11D.
Elle garde la boîte de vitesse trois rapports classique, dont une première non synchronisée.
Avec une moyenne de 10 à 11l aux 100 et son réservoir de 50l, la Traction peut faire plus de 400 km avec un plein.

Véritable fauteuil, d'un confort et d'une tenue de route inégalée, elle permet à quatre personnes de s'y installer avec aisance. Équipée de la "malle bombée", elle a une plus grande contenance de coffre que les Traction précédentes. 

Reine, mythe, beauté, luxe, confort, robustesse, sécurité, puissance... la Traction est LA voiture de tous les superlatifs!

 

photos / Vidéo

11 BL champêtreCitroën Traction 11 BL mariageCitroën Traction 11 BL évènementsCitroën Traction 11 BL AnjouCitroën Traction 11 BL Province d'AnjouCitroën Traction 11 BL moteur 11DCitroën Traction 11 BL moteur 11D 1955 Rétro ÉmotionCitroën Traction 11 BL 1955 châteaux de la LoireCitroën Traction 11 BL Maine et LoireCitroën Traction 11 BL duché d'AnjouCitroën Traction 11 BL 1955 TouraineCitroën Traction 11 BL 1955 Marquis de BéthuneCitroën Traction 11 BL vendéeCitroën Traction 11 BL Puy du FouCitroën Traction 11 BL Chartrené

 


Mon week-end en Anjou au volant d'une voiture... par <a href="http://www.dailymotion.com/leparisien"


La Citroën Traction de A à Z.... par autoplus

Coffre

Citroën Traction 11 BL agence de voyage

Conseils de conduite

 La conduite de la Traction est plus technique qu'une voiture des années 60.
Pourtant, après une petite adaptation, elle est d'un agrément inégalé... d'un confort et d'une tenue de route exceptionnels! Une fois essayée, il y a des chances que vous ne puissiez plus vous en passer...

Sa conduite est à la portée de tout le monde, et nous vous expliquerons sur place son maniement. Un petit guide vous sera également confié.

La boîte de vitesse, comme sur toutes les Traction, doit être ménagée. Il convient donc de bien décomposer les mouvements, et marquer un temps d'arrêt au point mort, avant de passer la vitesse.
La première n'étant pas synchronisée, il est impératif de s'arrêter en deuxième, pour passer, une fois à l'arrêt, la première.

À froid, elle démarre au starter. À chaud, il convient d'enfoncer à fond la pédale d'accélérateur, et de la relâcher immédiatement après démarrage.

Le freinage est excellent pour une voiture ancienne. Il ne faut pourtant pas omettre d'anticiper tous faits et gestes. Elle a une conception de plusieurs dizaines d'années...

Comme la majorité des voitures de cette époque, la batterie de 6 volts est alimentée par une dynamo. Elle ne se recharge qu'une fois un certain régime moteur atteint. Il convient donc de ne pas laisser trop lontemps les accessoires électriques en marche lorsque le moteur est au ralenti, ou à l'arrêt.

Sa vitesse de croisière se situe à 90-100 km/h, ce qui est amplement suffisant sur le réseau secondaire, mais elle est prévue pour atteindre 125 km/h.

Il s'agit d'une 11 BL, soit berline légère, et pèse aux environs d'1T. La direction, bien que très précise en roulant, n'est pas assistée, et donc lourde à l'arrêt (le poids est à l'avant). En se garant, il faut garder à l’esprit la façon dont on va repartir, et penser également à sécuriser la voiture pour éviter les coups de portières, griffures, etc.

Pour garder la voiture des malveillants, il faut toujours fermer les portes à clefs... Nous vous conseillons de garder vos objets de valeur sur soi.

L'essayer c'est l'adopter! Elle avale les kilomètres!

Accessoires indispensables

 Nous sommes tentés de vous parler du sourire... Mais il sera automatiquement présent au volant d'une telle voiture, un tapis volant... berline légère, et pourtant, chargée d'histoire!

Historique de la Citroën Traction avant


   À sa sortie en 1934, la Citroën Traction Avant créait « l'événement ». Son succès durera des années, tant la voiture était révolutionnaire, et en avance sur son temps, inspirant ainsi l'ensemble du domaine automobile tant par sa modernité que par sa carrière.


Une voiture "ultra moderne"

Bien entendu, il existait déjà des voitures avec roues avant motrices. Cependant cette technique était discutée, car coûteuse et délicate. En effet, il est plus simple d'avoir les roues arrière qui propulsent l'automobile, et celles de l'avant qui la dirigent. La technique de la traction avant doit tout combiner, l'arrière se contentant ainsi de suivre.

Les avantages de cette technique sont nombreux : la voiture tirée tient d'elle-même en ligne. Le poids se situant à l'avant, elle « colle » à la route, et freine d'autant mieux. La direction est très stable, et le centre de gravité est au plus bas, ce qui permet de prendre les virages à la corde, en toute sécurité. De plus il y a un gain de place et une garde au sol abaissée grâce à l'arbre de transmission aux roues arrière qui est, logiquement, supprimé ! Citroën relève le défi de cette technique, en particulier la mise au point des cardans, et lance la Traction 7.

Mais cette voiture, formidable et mythique, ne se résume pas uniquement à la caractéristique que son nom indique ! La Citroën Traction combine des avancées reprises sur les modèles précédents, mais également des innovations de taille. Outre le fameux moteur flottant déjà présent sur la C6 et la Rosalie, qui permet une souplesse et un silence étonnant pour l'époque ; on retrouve comme avancée majeure, une carrosserie « tout acier, monocoque », essentielle pour la sécurité et la rigidité du châssis : la liaison au sol en est grandement améliorée. Ces coques ne nécessitant pas de cadre, ou de squelette, le gain de poids en est considérable. Elle avait donc à sa sortie, de par sa conception, des performances bien supérieure aux véhicules comparables, tout en étant plus économique !


Du point de vue de l’architecture du moteur en lui-même, Citroën marque le pas sur la concurrence, en adoptant des chemises humides, qui permettent un excellent refroidissement. En effet, les cylindres où se logent les pistons, sont entourés de liquide de refroidissement, rendant quasi inexistant la déformation due à la chaleur.

Le freinage est hydraulique; la direction est à crémaillère ; les roues sont indépendantes avec suspension par barres de torsion; la fixation du bloc moteur est sur la carrosserie, etc, etc, etc… Que d'innovations pour l’époque, qui plus est en un seul modèle ! Pour couronner le tout : un prix défiant tout concurrence ! La Traction était considérée comme la voiture la plus économique du moment!

Dans leur ouvrage Toute la technique de la Traction Avant Citroën 9. 11. 15 , 1ère édition, Camille Lacombe et H. P. Borestroke écrivent en 1948, soit 14 ans après la sortie de la voiture : " (...) le succès fut tel que la traction avant Citroën est depuis douze ans l'une des voitures les plus populaires du monde et qu'en 1948 elle fait figure de voiture ultra moderne, d'une voiture ultra moderne garantie par une expérience de douze années". Ce n'est pas peu dire…



Vingt années d'avance, vingt ans de perfectionnement

Produite notamment dans les usines Citroën du quai de Javel à Paris, la Traction a eu un retentissement international, et est intimement liée dans l'image populaire, tour à tour à l'Occupation ; à la Résistance ; mais aussi au tristement célèbre Gang des Tractions...

Après des débuts difficiles point de vue fiabilité, la Traction eu un succès phénoménal. Pendant la seconde guerre mondiale, on la retrouvera aussi bien en Russie que dans le Maghreb.

Plusieurs modèles se succédèrent, tout d'abord la 7 (7cv), qui sera déclinée en coupé, cabriolet, berline et berline légère. Conscients d'une puissance un peu juste, et face à une demande pressante, Citroën fait évoluer son moteur, et la 11 (11cv) succède au dernier modèle de la première génération, la 7S. Elle se décline également en familiale et commerciale, soit 9 places, et 20 cm de plus que la berline normale ! En 1939, le moteur « Performance », véritable évolution du 11cv, sort. 

En 1938, la 15-Six est produite, il s'agit de la Traction haut de gamme, six cylindres, surnommée "reine de la route".

En 1945, la production reprend. On différencie aisément les véhicules d'avant-guerre par rapport à ceux d'après-guerre par l'emboutissement de la lunette arrière, la presse ayant été détruite lors du bombardement de l'usine du quai de Javel…

L’année 1954 marque l'arrivée sur la 15-Six, de la célèbre suspension hydropneumatique, uniquement aux roues arrière. Encore une innovation de la marque aux chevrons arrivée à maturité sur l'XM (hydractive) et qui risque malheureusement de disparaître actuellement, par rationalité économique...

En 1955 l'évolution ultime du moteur 11, le 11D, équipe la Traction, puis ensuite l'ID 19.


 Publicité Citroën Traction 11 11D Rétro Émotion

La carrière industrielle de la Traction s'achève en 1957, après vingt-trois années, et presque 760 000 véhicules produits... Pourtant elle continue encore aujourd'hui sa carrière de baroudeuse à travers le monde, et n'a pas fini de faire parler d'elle !

Palmarès

Les Citroën 7, 11 et 15 ont plus d'un succès à leur actif !

  • De juillet 1935 à juillet 1936, soit 1 an, François Lecot effectue 400 000 km avec sa 11 AL de série
  • 1938, 1955 et 1956 : victoires au Rallye de Pologne
  • 1949 : Victoire à la Coupe des Alpes
  • 1949 : 3 premières places au rallye des Neiges
  • 1950 et 1951 : Victoires au Grand Prix d'Agadir
  • 1951 et 1952 : Victoires au Rallye du Mont-Blanc
  • etc.

 

Bibliographie

  • Revue Technique Automobile RTA n°127, Étude Citroën 11D, novembre 1956.

  • Votre Citroën 7 - 11 - 15 et 11D, 7e éd. Éditions Pratiques Automobiles, Paris, 1957.

  • D. Bellière et E. Massiet du Biest, Citroën Traction, collec. Icônes, ETAI, 2003.

Filmographie

  • La vierge du Rhin, 1953, de Gilles Grangier, avec Jean Gabin
  • To catch a thief (La main au collet), 1955, d'Alfred Hitchcock, avec Cary Grant, Grace Kelly
  • Du rififi chez les hommes, 1955, de Gilles Dassin, avec Jean Servais
  • Le sang à la tête, 1956, de Gilles Grangier, avec Jean Gabin
  • Jusqu'au dernier, 1957, de Pierre Billon, avec Jeanne Moreau, Raymond Pellegrin
  • Le rouge est mis, 1957, de Gilles Grangier, avec Jean Gabin
  • Rafles sur la ville, 1958, de Pierre Chenal, avec Charles Vanel, Bella Darvi
  • Les chemins de la haute ville (Room at the top), 1959, de Jack Clayton, avec Simone Signoret, Laurence Harvey
  • Casablanca, nid d'espions (Noches de Casablanca), 1963, de Henri Decoin, avec Sara Montiel
  • Paris brûle-t-il? 1966, de René Clément, avec J-P Belmondo, J-P Cassel, Alain Delon, Claude Rich, Kirk Douglas, Yves Montand, Charles Boyer, Leslie Caron, Orson Welles, Anthony Perkins, Simone Signoret, Gert Fröbe, Michel Piccoli, Bruno Cremer, Patrick Dewaere, Mickael Lonsdale, etc, etc...
  • Le cerveau, 1968, de Gérard Oury, avec Jean-Paul Belmondo, Sir David Niven, Bourvil
  • Le conformiste (Il conformista), 1971, de Bernardo Bertolucci, avec Jean-Louis Trintignant
  • Le professeur (La prima notte di quiete), 1972, de Valerio Zurlini, avec Alain Delon
  • L'affaire Dominici, 1973, de Claude Bernard-Aubert, avec Jean Gabin
  • Ce n'est pas parce qu'on a rien à dire qu'il faut fermer sa gueule... , de Jacques Besnard 1975 avec Bernard Blier, Michel Serrault, Jean Lefebvre
  • Le bon et les méchants, 1976, de Claude Lelouch avec Jacques Dutronc, Marlène Jobert, Jacques Villeret
  • Une femme à sa fenêtre, 1976, de Pierre Garnier-Deferre, avec Romy Schneider, Philippe Noiret
  • Le gang, 1977, de Jacques Deray avec Alain Delon
  • Patrimonio nacional, 1981, de Luis Garcia Berlanga, avec Luis Escobar
  • Diva, 1981, de Jean-Jacques Beineix
  • La gitane, 1986, de Philippe de Broca, avec Claude Brasseur, Valérie Kaprisky, Martin Lamotte

 

Caractéristiques techniques

Moteur

 4 cylindres en ligne, 11D, longitudinal avant

Cylindrée

 1911 cc

Alésage x course

 78x100 mm 

Taux de Compression

 6,8 à 1

Carburateur

 Simple, Zenith-Stromberg 36 WI

Puissance maxi

 60 chevaux

Couple maxi

 12,2 mkg à 2000 trs/min

Boite de vitesses

Démultiplications

1ére

2éme

3éme

MA

Couple conique

 3 rapports, 1e non synchronisée 

 0,261
 0,470
 0,785
 0,196
 9 x 31

Freinage

 Hydraulique à tambours

Équipement électrique

 6 volts

Poids à vide

 1070 kg

Carrosserie

 Berline Légère, monocoque acier

Dimensions/
Performances

 L : 445 cm

 l : 167 cm

 H : 152

 Empattement : 291 cm

 Largeur voie avant : 137 cm

 Largeur voie arrière : 135 cm

 Vitesse max : 120 km/h

Train avant

 Barres de torsion, indépendantes

Train arrière

 Barres de torsion, essieu cruciforme

Direction

 À crémaillère

Transmission

 Avant, cardan coulissant complet côté boîte, et   mâchoire à cardan double homocinétique côté fusée

Consommation

 11,5L / 100km  Sans-plomb 98 avec additif